Avoir des poules ?! Par où commencer ?

le

Préparez leur arrivée avec un poulailler solide et un enclos suffisamment grand.

Dans cet article je vous détaille nos premiers pas avant l’adoption des poules et donne quelques astuces si vous souhaitez vous lancer vous aussi !

On attendait depuis plusieurs années de pouvoir avoir des poules… s’occuper d’elles et pouvoir aller chercher nos œufs ou que les enfants y aillent et apprennent à s’en occuper…ça nous rappelait à tous les deux des souvenirs d’enfance ! Écologiques, elles terminent une partie de nos restes et de nos épluchures, contre de beaux et bons œufs …🐔 et j’utilise leur litière de paille souillée pour l’étaler dans le potager et faire un tas de fumier à décomposer….et surtout quand on apprend à les connaitre, on ne peut que les aimer ! Elles ont chacune leur caractère, leurs manies, certaines se laissent caresser et viennent volontiers jusqu’à la maison pour une croute de fromage (elles s’échappent de l’enclos pour venir en fait !), d’autres sont plus craintives… mais elles sont toutes attachantes. Bon vous l’aurez compris, je suis gâteuse avec mes poules !

Nous n’avions pas pu adopter des poules jusqu’à maintenant, vivant en appartement ou en maison avec des jardins trop petits.
Car ces dernières années, un vrai marché de la « poule de compagnie » a vu le jour, proposant de tout petits poulailler avec de tout petits enclos, et c’est très tentant de se lancer…mais Attention ! ils ne sont pas adaptés aux poules, qui ont besoin de beaucoup d’espace pour gratter, chercher des jeunes pousses ou des vers à picorer… Si vous n’avez pas au moins 10 à 20 m2 de parcours extérieur PAR POULE à leur accorder, il vaut mieux ne pas en avoir ! Dans un espace trop petit, vos poules ne seront pas heureuses, alors avant de penser à vous, pensez au bien-être de l’animal… de plus les poules sont des animaux grégaires (elles vivent en groupe) et il vous faudra donc acquérir au moins deux poules, car une seule dépérira. On est loin des normes des élevages intensifs où les poules n’ont que l’équivalent d’une feuille A4 pour vivre toute leur courte vie, dans des cages au sol grillagé ou bétonné (je vous explique en fin d’article comment reconnaitre la provenance des œufs selon le type d’élevage).


Ici à la campagne beaucoup de gens consacrent une partie de leur jardin pour avoir quelques poules, alors on s’est lancé aussi.

Le poulailler et l’enclos

Avant d’acheter vos premières poules, assurez-vous qu’elles seront bien installées et que vos installations résisteront aux intempéries et aux coups de vent. Les poules craignent les courants d’air et l’humidité. Pensez aussi au côté pratique pour vous, si possible pas trop loin d’un point d’eau pour remplir leur abreuvoir (ou encore mieux, installer un abreuvoir relié à l’eau courante) et de l’endroit où vous stockerez leur nourriture et leur paille….
Les poulaillers du commerce sont assez chers, souvent en bois fin (12 mm d’épaisseur) et ont du mal à résister au premier hiver. On voulait du solide et tenter de réduire le coût, nous l’avons donc construit nous-même.
Nous avons acheté un livre de plans de construction de poulailler, qui détaille vraiment bien chaque étape (« construire un poulailler » de Hervé Husson, éditions Ulmer). Il est construit en planche agricole traité autoclave (c’est à dire des planches brutes en pin traitées pour résister aux intempéries), sur pilotis, pour que l’humidité ne stagne pas en dessous, et que les poules se réfugient dessous au sec en cas de pluie. Si vous êtes bricoleur, du bois de palette est très bien, en rajoutant dessus un produit hydrofuge s’il n’est pas déjà traité autoclave.
L’enclos tout autour fait 200 m2 (piquets de châtaigner plantés à la main par Mr 😅 (avec une «cloche», ou «pilon a piquets», avec des fils tendus sur deux hauteurs et du grillage à poule fixé sur les fils et cloué sur les poteaux), et je l’ai agrandi avec un enclos en filet (acheté en ligne sur zoomalia) que je peux déployer à différents endroits du jardin pour agrandir l’enclos et permettre aux poules de trouver en permanence de l’herbe et des pousses nouvelles parce qu’à force de gratter et piétiner toujours aux mêmes endroits, la végétation a du mal à pousser, voire disparait si les poules y restent en permanence.
La solidité du poulailler, la taille de l’enclos et le choix d’un bon emplacement sont donc les bonnes bases pour ne pas avoir de mauvaises surprises une fois vos poules installées !


Et combien ça coute ?
22 poteaux de châtaigniers : 44 euros.
Grillage à poules et fil tenseur : 200 euros (il fait 2 mètres de hauteur mais nous l’avons enterré sur 40 cm pour éviter qu’un renard ne creuse la nuit pour passer en dessous. En fait ce sont surtout les poules qui grattent le long du grillage pour prendre leurs bains de poussière)
Poulailler : Bois, clous, charnières, feutre bitumeux pour le toit : 350 euros. (Il peut accueillir 10 poules)

La minute conso : à quoi correspondent les codes sur les œufs du commerce

Sur chaque boite d’emballage, il doit être précisé le mode d’élevage des poules, et sur chaque œufs, avant les initiales du pays d’origine (par exemple FR pour France), il y a un chiffre 0,1,2 ou 3.
Le chiffre 3 correspond à un élevage en cage, dont les poules ne sortent jamais, sous lumière artificiel et où elles sont entassés ( la fameuse feuille A4!) durant leur courte vie de pondeuse (elles y restent environ 1 an avant de partir pour l’abattoir).
Le chiffre 2 correspond aux poules élevées au sol. Elles sont presque aussi tassées qu’en cage, et ne voient jamais la lumière du jour.
Le chiffre 1 correspond aux poules ayant un accès à l’extérieur leur permettant d’avoir un comportement naturel( exploration, grattage du sol etc.)
Enfin le code 0 (zéro) correspond a l’accès à l’extérieur et à une alimentation bio.
Cependant, même s’il vaut mieux acheter des œufs bio, meilleur pour le bien-être des animaux et notre santé, il faut savoir que dans tous ces élevages, même les bio, les poussins sont sexés à la naissance ( les femelles deviennent pondeuses et les mâles sont broyés vivants), le bout de leurs becs est coupé pour les empêcher de se piquer entre eux ( stress et promiscuité engendrent ce type de comportement), et ils partent à l’abattoir au bout d’un an (les œufs n’ont plus tous le même calibre, et les bâtiments sont nettoyés une fois par an au moment où les poules partent à l’abattoir et avant que le nouveau cheptel n’arrive dans l’élevage.

Vous pouvez adopter ces poules qui ont encore une longue vie possible devant elles, en cherchant les annonces de « poules de réforme », afin de leur offrir une seconde vie ! Elles sont généralement vendues entre 2 et 3 euros la poule ( via le bon coin, par bouche à oreille ou via des associations spécialisées sur internet, il y en a beaucoup)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s